Consommer moins : 8 raisons de se lancer sans tarder

En quoi se libérer de sa fièvre acheteuse contribue-t-il au bonheur ?

À l’heure actuelle, consommer est un acte que nous pratiquons tous, par nécessité ou par envie. Outre les périodes de soldes, les promotions et ventes privées sont présentes partout et tout au long de l’année pour faire des économies. Difficile d’échapper aux chants des sirènes, ou plutôt des influenceurs qui ont toujours une nouveauté incroyable à vous faire découvrir. Cependant, de nouveaux modes de consommation émergent. Il ne s’agit plus de succomber à l’appel des centres commerciaux, mais bien de consommer moins. L’acheteur ou l’acheteuse compulsive part peu à peu aux oubliettes et laisse place au minimalisme, voire au frugalisme. Et le plaisir dans tout ça ? Aux oubliettes aussi ? Voyons ensemble en quoi il peut être judicieux de moins consommer et comment se libérer de sa fièvre acheteuse peut-il mener au bonheur. 

Consommer moins pour se simplifier la vie

Aérer son espace de vie

C’est bien connu, à l’arrivée du printemps, c’est le même scénario chaque année qui se déroule à l’abri des maisons. Chacun profite des beaux jours pour effectuer son ménage de printemps et entamer la belle saison sur une base saine. Le succès des brocantes et vide-greniers en est la parfaite illustration.

En effet, les années passent et nous sommes nombreux à accumuler tout un tas de choses plus ou moins utiles. Inconsciemment, nous encombrons notre quotidien, et par là même notre esprit, d’objets en tout genre. Bien souvent, le manque de place nous oblige à prendre les choses en main. Nous nous retrouvons alors face à ce dilemme : garder ou donner ? Vendre ou jeter ?

Pour vous épargner ces choix difficiles, pourquoi ne pas commencer par réfréner vos frénésies d’achat ? Consommer moins vous économise tout ce temps passé à faire du tri. Se défaire d’une ambiance surchargée permet de retrouver une certaine sérénité. Chaque chose est à sa place, et vous ne perdez plus votre temps à chercher vos clés alors que vous êtes déjà en retard.

Épurer ses placards pour épurer son esprit

Vous en conviendrez, ordonner ses placards procure une véritable sensation de bien-être intérieur. On se sent plus léger. Outre le fait de vous débarrasser de ce qui vous encombre, vous vous délestez au passage de la charge mentale de ce que ces indésirables représentent. 

Qui a dit que ranger était une corvée ? Mettre de l’ordre chez soi, c’est mettre de l’ordre dans sa vie. Selon Marie Kondo, que l’on surnomme « la papesse du rangement », l’intérieur d’une maison est le reflet de l’état intérieur de son ou de sa propriétaire. Pour être heureux, il s’agit donc de ne s’entourer que d’objets procurant de la joie et du bonheur. 

Expérimenter le minimalisme pour se débarrasser du superflu

Évoluer dans un espace de vie désengorgé fait naître une énergie nouvelle et améliore la qualité de vie. Certains vont alors plus loin en se laissant convaincre par un mode de vie minimaliste. L’idée est de se défaire de tout ce qui est futile et de ne garder que l’essentiel. 

Cette philosophie prend de plus en plus d’essor dans la société. Selon une enquête réalisée par l’institut de sondage Yougov pour GreenFlex, en 2019, « ils [les Français] sont plus de 4 sur 5 à considérer que les entreprises incitent à la surconsommation (88 %) et à désirer vivre dans une société où la consommation prendrait moins de place (86 %) ».

Faire des économies en achetant moins

Se désensibiliser des publicités et des événements commerciaux 

Dans ce modèle économique, le capitalisme fait la part belle à la publicité et au marketing. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit de créer chez le consommateur une perpétuelle envie d’acheter. 

Bien souvent, le client est happé dans le tunnel de vente avant même d’avoir pris conscience du besoin. Le Black Friday et les soldes en sont le parfait exemple : les enseignes donnent un rendez-vous commercial aux acheteurs, arguant des prix intéressants. Ceux-ci n’ont pas forcément de besoin particulier, mais l’urgence de cette situation éphémère les pousse à s’engouffrer dans la course aux bonnes affaires.  

Faire le choix de consommer moins permet de ne pas tomber dans le piège consumériste. Le consommateur sauvegarde son budget pour de futurs achats, qui lui seront plus utiles.  

Apprendre à ne pas vivre au-dessus de ses moyens

La société de consommation a également fait naître les crédits. Les consommateurs actuels ont ainsi appris à jouir de prestations qu’ils n’ont pas les moyens de s’offrir dans l’immédiat. Combien d’entre eux se sont perdus dans les affres du surendettement ? Cette opulence de biens de consommation leur garantit-elle de vivre plus heureux ? Rien n’est moins sûr.

Se défaire de sa fièvre acheteuse n’a jamais rendu personne vraiment riche. Cependant, effectuer des achats raisonnés dans la mesure de ses possibilités est un bon moyen de profiter sereinement de son acquisition, sans culpabiliser.

Contribuer à la préservation de la planète

Réduire ses déchets

À l’heure actuelle, l’individu qui décide de consommer moins vise également la protection de l’environnement. Il ne vous a pas échappé que le moindre produit vendu a droit à son emballage. Pour pallier ce problème, la vente en vrac s’impose progressivement dans les rayons.

Dans le même esprit et par souci de réduire au maximum leurs déchets, de plus en plus de personnes décident de fabriquer leurs produits eux-mêmes. Là encore, ils économisent sur leur budget, mais surtout, ils connaissent la composition exacte de ce qu’ils consomment.

Il existe d’autres moyens pour tendre vers le zéro déchet. Réutiliser au maximum ce que l’on possède déjà par exemple. De nombreuses associations proposent de réparer vos appareils électriques, au lieu de les jeter pour les remplacer par du neuf. 

Et si vous avez l’âme bricoleuse, vous trouverez des tutoriels pour concevoir un garde-manger « anti-gaspi » pour une meilleure conservation des aliments. À travers cette démarche écologique et économique, vous œuvrez contre la surproduction par la même occasion.

Réduire le gaspillage en achetant en petites quantités

Dans notre société de consommation, le gaspillage est un véritable fléau. Nous en prenons conscience progressivement, et c’est une bonne chose. Pourtant, il suffirait simplement de consommer moins en privilégiant les petites quantités. 

S’approvisionner chez les commerçants de proximité peut être une solution. Au lieu de remplir un chariot censé couvrir les besoins de la semaine dans un supermarché, acheter en vrac, pour quelques jours, permet de mieux évaluer la quantité nécessaire. Ainsi, vous dépensez peu, vous réduisez vos déchets, et rien ne se perd.

Revoir ses priorités pour consommer moins

Connaître ses besoins essentiels

Tenter de soigner son addiction au shopping implique de faire un travail sur soi-même. De quoi avez-vous réellement besoin pour vivre ? Il ne s’agit pas de devenir frugaliste ou survivaliste pour autant. 

L’idée est simplement de faire la part des choses entre les besoins élémentaires, et ce qui relève davantage de l’achat plaisir. Il est plus facile de moduler ces derniers lorsqu’on décide de consommer moins.

Se doter uniquement de ce qui répond à ses besoins

Une fois les besoins essentiels clairement définis, il suffit juste de privilégier les achats qui y répondront. N’oubliez pas de vous poser les bonnes questions avant d’acheter :

  • En ai-je envie ou est-ce une nécessité ?
  • Pour répondre à quel besoin précis ?
  • Pourrais-je patienter avant de l’avoir ?
  • Pourrais-je m’en passer ?
  • Vais-je m’en servir régulièrement ou ponctuellement ?
  • N’y a-t-il rien d’autre de plus urgent à me procurer ?
  • Ai-je les moyens de me l’offrir ?

Répondre honnêtement à ces quelques questions permet de prendre le recul nécessaire et d’y voir un peu plus clair avant d’acheter. 

Apprendre à ne pas se créer de nouveaux besoins

Il reste un dernier écueil à éviter, et non des moindres : ne pas se créer soi-même un nouveau besoin. Ne vous inquiétez pas, la société s’en charge pour vous !

Il y a bien des années, nos aïeux vivaient très bien sans téléphone portable. Aujourd’hui, nous serions tous bien en peine de nous en passer ! Combien de collégiens de 11 ans en sont dépourvus, toutes catégories sociales confondues ? Une minorité. 

Pire encore, ces mêmes adolescents voudraient faire croire à leurs parents qu’il leur est absolument vital d’être équipé de telle ou telle marque de smartphone ! N’est-ce pas le message que les publicitaires veulent transmettre ?

Se défaire du matérialisme en s’appropriant de nouvelles valeurs

Le désir de consommer moins provient logiquement d’une volonté de se libérer de ce matérialisme dans lequel nous baignons depuis notre naissance. Les mentalités évoluent à ce sujet, et nos habitudes de consommation avec. 

Changer son rapport à la possession

Il est toujours intéressant d’explorer le rapport que l’on peut avoir à la possession. Il y a quelques décennies, posséder du matériel était un signe extérieur de richesse (une grande maison, une belle voiture, etc.).

Cette tendance semble aujourd’hui s’inverser ou s’exprimer autrement. Vivre une expérience de vie originale a plus de valeur aux yeux de la génération Y que de posséder un patrimoine matériel. 

Ne plus envier les autres et savoir apprécier ce qu’on a

Pour certains, consommer moins peut s’apparenter à une pauvreté choisie. En possédant moins, les protagonistes ne sont pas moins heureux pour autant, bien au contraire. Ils savent apprécier ce qu’ils ont et en connaissent la juste valeur. Ils goûtent au bonheur de consommer ce qu’ils veulent, et non ce que le système leur impose.

Ceux-ci se libèrent des injonctions d’une société de consommation qui leur invente sans cesse de nouveaux besoins à combler. Ils ne vivent plus pressurisés, obligés d’amasser toujours plus d’argent pour être en mesure d’assouvir leurs pulsions d’achat. 

Quand la décision de consommer moins est parfaitement assumée, elle modifie complètement l’état d’esprit. Ainsi, voir son voisin acheter les dernières nouveautés ne provoque aucune jalousie. Au contraire, se sentir chanceux d’échapper à l’embrigadement des grandes enseignes, ça n’a pas de prix. Peut-être même que c’est ça le début du bonheur !

Acheter moins et faire soi-même

Prendre le temps de vivre le moment présent

Comme nous l’avons déjà évoqué, s’essayer au DIY (Do It Yourself = fais-le toi-même) constitue une bonne alternative pour consommer moins. Celle-ci peut même être ludique. En effet, pourquoi ne pas essayer de faire participer vos enfants dans la fabrication de certains produits, dans le respect des règles de sécurité évidemment !

Si vous le faites seul.e, vous pouvez rendre ce moment méditatif et propice à la détente. Élaborer ses propres produits nécessite d’y consacrer un peu de temps. Toucher la matière et concevoir de ses mains un produit qui va vous être utile a du sens. La fierté qui en découle sera amplement méritée. 

Consommer moins, mais consommer sain

Enfin, faire soi-même présente l’avantage de privilégier la qualité à la quantité. Nombreux sont ceux qui font le choix de consommer moins de viande par exemple. Toutefois, celle qu’ils achètent sera soigneusement choisie chez un boucher, plutôt qu’en hypermarché.

De même, en préparant vous-même vos repas, vous en connaissez parfaitement la composition. Vous aurez alors pris soin de choisir des produits locaux ou de saison, sur les bons conseils d’un petit producteur. 

Consommer mieux grâce aux circuits-courts

Soutenir l’économie locale

Vous l’aurez compris, consommer moins rime bien souvent avec consommer mieux. Pour ce faire, les circuits courts sont une alternative intéressante. En région lyonnaise, l’association Neva entend favoriser la mise en relation des producteurs et commerçants locaux avec leurs clients. 

En soutenant l’économie locale de sa région, l’objectif de Neva est de promouvoir une consommation responsable, durable et profitable à tous.  

Encourager les producteurs locaux

La vente à distance s’est imposée dans nos modes de vie et Neva l’a bien compris. C’est la raison pour laquelle l’association propose de mettre à disposition des commerçants Lyonnais et des producteurs du Grand Lyon une plateforme e-commerce pour la mise en valeur de leurs produits locaux. 

Outre les encourager dans leur activité, cette vitrine du Web a pour ambition de promouvoir ce mode de consommation auprès du public. Les retombées économiques sont alors bénéfiques à tous les acteurs de la métropole de Lyon.

Il est également possible de retrouver ce type d’initiative dans toute la France grâce aux AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) et bien d’autres. 

Gagner en liberté

Décider de consommer moins ne se fait pas du jour au lendemain. Consommer autrement prend du temps et ne peut se faire que par conviction. Une fois le pas sauté, vous touchez du doigt un sentiment de liberté naissant.

Sortir des schémas standardisés

En essayant de limiter vos achats, vous constaterez qu’il est possible de s’éloigner de l’hyperconsommation et d’en tirer de la satisfaction. S’affranchir des modes fait de vous une personne libre. 

Ainsi, vous affirmez votre personnalité et votre singularité à travers vos actes d’achat réfléchis, loin des standards de la consommation de masse. 

Libérer sa créativité

Outre cette affirmation de soi, choisir de réduire sa consommation vous oblige à vous réinventer. De fait, puiser de nouvelles idées éveille votre créativité. 

Le fait-maison et les vieilles recettes de nos grand-mères reviennent au-devant de la scène. Beaucoup se réunissent et profitent d’un moment de convivialité pour les partager ou les transmettre.

Comme vous pouvez le constater, l’heure n’est plus à l’accumulation de biens de consommation. Si celle-ci permettait d’afficher sa catégorie sociale en son temps, désormais, la tendance s’inverse de plus en plus avec les jeunes générations. Ayant pris conscience que posséder ne rend pas plus heureux, tous les moyens sont bons pour consommer moins. Et vous, de quel type de consommateur vous sentez-vous le plus proche ? N’hésitez pas à nous faire part de vos astuces pour consommer moins. 

Article rédigé par : Cindy Relange

Sources :

YouGov | Les Français et la consommation responsable

Consommer moins et vivre mieux, les cinq questions à se poser avant d’acheter (franceinter.fr)

L’envie de « consommer moins » croît nettement en France (latribune.fr)

Low-tech, plus bricoler, moins consommer – Le Parisien

Peut-on être heureux en consommant moins ? (europe1.fr)

Le confinement, laboratoire du consommateur de demain ? – IFOP (circuit-court et faire soi-même)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les articles récents…

Consommer autrement à Lyon – suivez le guide !

Consommer autrement à Lyon : l’idée vous tente ? Décryptage de labels et bonnes adresses pour arpenter le marché écoresponsable lyonnais.

Numérique responsable : comment adapter nos pratiques

Adopter une utilisation plus verte du numérique pour protéger la planète  Il vous paraît...